Engagé à deux reprises différentes sur le front de bataille de la Somme, le 174°RI, que commande toujours le lieutenant-colonel Dubois, livre plusieurs combats avec un allant et un entrain remarquables. Le 7 aout , d'un élan superbe, il s'empare du bois de Monacu, et emporté par son entrain endiablé, le régiment dépasse l'objectif qui lui était fixé et capture 230 prisonniers, il s'accroche au terrain conquis et s'y maintient malgré les violentes contre-attaques de l'ennemi qui subit des pertes sérieuses.
Le 12 septembre, il attaque et se rend maïtre de la tranchée des Berlingots et du bois Madame en faisant plus de 300 prisonniers, par deux fois l'ennemi contre-attaque avec violence, mais chaque fois les vagues d'assaut échouent devant nos feux; tout le terrain, près de 4 km en profondeur, est resté entre nos mains.
Le lieutenant-colonel Dubois, qui avait commandé le 174°RI, à Verdun et dans la Somme avec une décision, une habileté, une énergie si remarquables est appelé à accomplir une mission délicate en Roumanie et le régiment n'eut pas la récompense qu'il attendait et pour laquelle il était proposé.
En 1917, sous le commandement du lieutenant-colonel Dubroca, le régiment prend part à deux offensives françaises. Le 4 mai, au Godat, il s'empare d'une partie du bois Séchamp, où il fait une centaine de prisonniers, dont plusieurs officiers et prend une dizaine de mitrailleuses. Le 23 octobre il appuie l'attatque de la Malmaison. En 1918, c'est le Tardenois, malgré les conditions de terrain extrêmement difficiles, malgré les violents barrages d'artillerie et le grand nombre de mitrailleuses et de mitraillettes, le 1740RI après 5 jours de secteur attaque sur le Clignon, s'empare de la position dominante du bois de Givry, s'accroche à l'adversaire qui, ébranlé par nos vigoureuses attaques lache pied et recule; le régiment le poursuit pendant 30 km jusqu'à la Fére-en-Tardenois où son effectif affaibli par de lourdes pertes ne lui permet plus de continuer la poursuite.

BATAILLE DE CHAMPAGNE

Après 4 jours de repos à Vandresi le régiment est transporté en camion dans la zone occupée par la 4ème armée, sous le commandement du Général Gouraud, le glorieux vainqueur de Champagne. Le 15 juillet 1918, le régiment cantonne dans la région de Viel-Dampierre. Le temps est employé activement a préparer les prochaines offensives.
Le 12 aout, le régiment, par voie de terre, gagne le secteur du Nord de Suippes. Là même où en 1915, il avait pris place pour la première bataille de Champagne.
Le 14 aout, le commandant de Miscault, prend le commandement du régiment, en remplacement du lieutenant-colonel Delacroix, appelé à un autre emploi. Ce jour là, le Général Gouraud réunit des délégations de tous les régiments de la 4ème armée. Une magnifique revue est passée sur le Jard, au cours de laquelle le général remet les fourragères aux régiments qui ont livré les batailles de juillet. Cette belle cérémonie est suivie d'un banquet de 2000 couverts offerts par le général aux plus braves d'entre les braves.
Ala table d'honneur et à la droite du grand Chef est assis un simple soldat décoré de la médaille militaire et de la Légion d'honneur.